La mélisse : plante digestive et relaxante

La mélisse : plante digestive et relaxante

La mélisse : description

La mélisse, Melissa officinalis, fait partie de la famille des Lamiacées. « Melissophullon » signifie « feuille à abeille » en grec. Si vous frottez des feuilles de mélisse, la plante dégage une enivrante odeur citronnée. Les insectes raffolent de son nectar. En phytothérapie, on consomme ses feuilles fraîches ou sèches récoltées avant la floraison pour avoir le maximum de principes actifs. La mélisse est utilisée depuis l’Antiquité. Elle a été introduite en France au Moyen Age. La mélisse faisait alors partie de nombreux élixirs préparés par les moines notamment la célèbre eau de mélisse des carmes.

Les bienfaits de la mélisse

Vous êtes facilement impacté au niveau digestif (lenteurs, brûlures, douleurs, spasmes, ballonnements) lorsque vous êtes stressé ? La mélisse est faite pour vous. Elle est apaisante et anti spasmodique. Sédative, la mélisse va efficacement soulager les problèmes de sommeil. Dans les années 80, des études ont mis en évidence son action anti infectieuse sur le virus de l’herpès. Elle régulerait également le fonctionnement de la thyroïde.

Comment utiliser la mélisse ?

La feuille contient très peu d’huiles essentielles (0,05 à 0,4%). Il faut environ 5 tonnes de feuilles fraîches pour réaliser 1 kilo d’huile essentielle. D’un point de vue « préservation des ressources », on privilégiera l’utilisation de la mélisse en infusion avec des feuilles fraiches ou sèches. La mélisse contient des acides phénols hydrosolubles donc parfaitement adaptés pour une consommation en tisane. L’eau florale de mélisse peut être intéressante quant à elle pour lutter contre les nausées des femmes enceintes. Et pour un sommeil apaisé, vous pouvez l’utilisez comme brume d’oreiller : vaporisez votre oreiller avant de vous coucher.

Précautions d'emploi de la mélisse

En cas de traitement pour la thyroïde ou en cas de glaucome demandez avis à votre médecin traitant. Eviter l’utilisation des huiles essentielles chez les femmes enceintes ou allaitantes ainsi que chez les jeunes enfants.

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.